- U statutu di cuufficialità di a lingua corsa hè statu adupratu da l'Assemblea di Corsica ! -
Luni u 24 di Nuvembre 2014     Imprimer cette page

CUUFFICIALITÀ

11/15/10

Collectif « Salvemu l’Anghjone » et « Femu a Corsica »


Ci vole à salvà Anghjone !

«Salvemu l'Anghjone» est un collectif de résidents de la région qui s'oppose à une vente «à la découpe» sur le domaine du même nom, par un organisme spéculatif, le groupe Promeo. Femu a Corsica soutient la démarche et donnait une conférence de presse commune avec le Collectif pour s'opposer à cette opération «hors la loi», mais aussi pour dénoncer l'inertie des pouvoirs publics et «l'exemple» d'un «tourisme prédateur» que la Corse refuse. Explications.

 

 


«Cette occupation symbolique, organisée par le Collectif «Salvemu l'Anghjone» et soutenue par Femu a Corsica, vise à dénoncer une opération de spéculation foncière, immobilière et touristique qui symbolise jusqu'à la caricature ce que nous refusons pour la Corse: un tourisme prédateur, synonyme de spéculation foncière et immobilière, de non-droit, de mépris total de l'environnement et des règles d'urbanisme. Un tourisme contraire à ce que nous voulons pour la Corse: un développement durable et équilibré, respectueux de l'Homme, de son territoire, et des liens qu'ils ont noués au fil des siècles.


Une opération de spéculation à grande échelle menée par le Groupe Promeo


Le Domaine d'Anghione situé à 30 kms au sud de Bastia sur la commune de Castellare di Casinca est un vaste village de vacances, situé au bord de mer dans une pinède de 22 hectares (40 hectares revendiqués sur les dépliants publicitaires du propriétaire actuel), qui a connu ses années de gloire au cours des deux décennies de 1960 à 1980, avant de tomber en quasi-déshérence.

En 2008, ce complexe touristique a fait l'objet d'un rachat par le groupe Promeo Village Center, coté en bourse, spécialisé dans les opérations immobilières de défiscalisation et la gestion de camping à base de mobil homes.

Chiffre d'affaires 2009 du groupe: 122 millions d'euros

Site internet: www.Promeo.fr


Le Groupe Promeo a acheté le Domaine d'Agnhjone pour un montant de 3,5 millions d'€uros.

Au moment de l'acquisition, le site comptait à peu près 200 bungalows anciens en très mauvais état, et avait un agrément pour 100 places officielles de camping.

Il disposait également d'espaces commerciaux au statut juridique incertain.

Sur ces 100 places de camping, 160 mobil-home ont été installés par Promeo.

Promeo a dans un premier temps loué les bungalow et les mobil-home, d'ailleurs dans des conditions d'hygiène et de salubrité dénoncés comme déplorables sur internet par de nombreux touristes.

Promeo aurait également loué les espaces commerciaux (Bar, épicerie, restaurant) sans baux commerciaux valides, y compris sur des locaux pourtant soumis à AOT.

Aujourd'hui, Promeo a commencé, notamment par le biais d'internet et d'agences immobilières sises sur le Continent, une opération de vente «à la découpe», c'est à dire à l'unité, des bungalows et des mobil-home, en proposant aux acquéreurs de bénéficier de mesures de défiscalisation dites «Loi Bouvard» (défiscalisation pour les biens rénovés à 50%).


Les prix proposés sont les suivants:

Bungalow: 100.000 à 130.000 €uros (X 200 bungalows) = au minimum 23 millions d'€uros.

Mobil-home: 50.000 €uros (x 160 mobil-home) = 9 millions d' €uros.

Soit, pour un investissement initial de 3,5 millions d'€uros, un produit escompté de 32 millions d'€uros.


Si cette opération est menée à son terme, Promeo quittera alors très probablement les lieux, en laissant derrière lui un site dévasté, et une situation juridique inextricable: En effet, Comme toujours dans ce type d'opérations, le groupe Promeo mène sa politique commerciale spéculative, sans aucun souci du respect de l'environnement, des règles de droit, et de la logique de développement durable.


Domaine d'Anghjone, zone de non-droit et site irréversiblement devasté


A. Un site dévasté au niveau environnemental

- Espaces non débroussaillés ou abandonnés comportant des risques d'incendie ou de sécurité pour le public.

- Arrachage d'un grand nombre d'arbres (pins maritimes) sans autorisation préalable.

- Pas de raccordement général au réseau d'assainissement (pourtant proche) donc évacuation dans des fosses sceptiques ??....


B. Une zone de non-droit au plan juridique

Voici une liste non exhaustive des infractions et anomalies constatées:

- 160 « Mobil home » entassés sur l'emplacement d'un camping 100 places.

- Présence de « Mobil Home » sur pied (et non sur roues) en particulier en dehors de l'emplacement camping.

- Installation de Mobil Home sans demande d'autorisation de travaux.

- Installation de Mobil Home dans des zones inondables (risque modéré à fort du PPRI)

- Modifications des bungalows construits en zone inondable sans autorisation Mairie/DDE.

- Vente de bungalows ou de Mobil Home « à la découpe » et en défiscalisation sans le statut «Résidence de tourisme» !

- Vente de bungalows rénovés (30 ans d'âge) avec l'annotation « construits en 2010 ».


Le collectif «Salvemu l'Anghjone» a écrit au Préfet le 19 septembre 2010 pour qu'il soit mis un terme à ces agissement intolérables. Aucune réponse n'a été apportée à ce jour.

Il y a pourtant urgence. Il faut notamment suspendre immédiatement les opérations de vente menées par Promeo.


L'objectif de ce grand groupe est clair: mener le plus rapidement possible à son terme son opération spéculative, avec retour rapide et important sur investissement (35 millions d'€uros à la revente pour 3,5 millions d'€uros à l'achat);

Puis, le Groupe quittera les lieux, en laissant un site dévasté, une verrue au plan économique, et une situation inextricable au plan juridique: le site sera pour partie la copropriété de plusieurs centaines de petits acquéreurs disséminés dans toute l'Europe, sans même qu'une copropriété n'ait été organisée...

Cette mécanique infernale a déjà été mise en oeuvre ailleurs par d'autres grands groupes internationaux, et notamment sur la côte espagnole, au désespoir des populations concernées..


Notre présence à Anghjone à donc un double objectif:


1) Nous interpellons les autorités compétentes, et particulièrement le Préfet de Haute-Corse, et les mettons en demeure d'engager toute procédure ou démarche utile un terme au processus en cours avant qu'il ne devienne irréversible;


2) Nous appelons le Groupe Promeo à suspendre immédiatement ses opérations de commercialisation et à rencontrer immédiatement le Collectif «Salvemu l'Anghjone» et les élus locaux et territoriaux pour définir un projet conforme aux intérêts collectifs de la région de Casinca et de la Corse.»

 

SALVEMU L'ANGHJONE et FEMU A CORSICA.